Quelles solutions contre le stress oxydatif du sportif ?

probio

L’unité fonctionnelle de base de notre organisme est la cellule. Pour entretenir leurs fonctions, communiquer, se réparer et se renouveler, les cellules ont non seulement besoins de nutriments mais aussi d’oxygène. L’air que nous respirons est constitué à 21% d’oxygène, molécule indispensable à la vie. Mais la respiration est une réaction complexe qui produit des déchets. Une partie de l’oxygène, métabolisée par notre organisme se transforme alors en radicaux libres… Très réactifs, ils attaquent nos cellules.

Ainsi la respiration cellulaire, mécanisme biochimique naturel est productrice de radicaux libres qui doivent être neutralisés pour ne pas devenir agressifs (Lire article : peut-on se prémunir des radicaux libres ?). La cellule est conçue de sorte faire face à ces réactions d’oxydation. Mais deux phénomènes peuvent venir entraver cette capacité antioxydante et l’exposition à des substances oxydantes comme le tabac, les gaz d’échappements, les pesticides, le chlore, l’ozone, etc…). Si ces mécanismes sont présents et lorsqu’ils s’additionnent, les cellules n’assurent plus pleinement leurs fonctions et peuvent ainsi s’oxyder, se rouiller prématurément avec pour conséquence une accélération du vieillissement.

« stress oxydant ou oxydatif »

Lorsque les capacités naturelles antioxydantes des cellules sont dépassées par la production de radicaux libres endogènes (respiration cellulaire, insuffisance de détoxication hépatique, activité physique intense (cas du sportif), états inflammatoires, dysbiose, infections virales et bactériennes… ou exogènes (expositions au soleil, pollution, radiations ionisantes…), se produit alors ce que l’on appelle le « stress oxydant ou oxydatif ».  Il faut donc aider l’organisme par une alimentation équilibrée et antioxydante avec l’apport d’un complément alimentaire à visée antioxydante.

Pour quelles solutions nutritionnelles et micronutritionnelles opter ?

C’est dans l’assiette qu’il faut contrôler la densité micronutritionnelle de son alimentation, c’est-à-dire se préocupper de son contenu. Dans l’assiette, il faut veiller aux contenus des fruits et légumes, des polyphénols, des vitamines… Il faut alors mettre le contenu de son assiette en perspective avec les troubles fonctionnels observés (digestifs, perturbation de l’assimilation) . Sachez qu’un bilan de biologie nutritionnelle personnalisé peut être effectué. Des recommandations nutritionnelles et une complémentation micronutritionnelle à visée antioxydante peuvent être individualisées. Une adaptation nutritionnelle sera conseillée ainsi qu’un complément alimentaire à visée antioxydante. Un probiotique est souvent recommandé afin de protéger l’écosystème intestinal, en particulier pour les sportifs. Dans le cas d’une pratique sportive intense et/ou régulière, même sans troubles apparents, la prise d’un probiotique est souvent nécessaire de même que votre statut en fer par un dosage de la feritine (Lire en complément : 3 bonnes raisons de suivre une complémentation en Fer et lire également : quels sont les bienfaits des probiotiques ?)

Laisser un commentaire